Marcia Gudo

Marcia Gudo est née au Mozambique. Grande sportive, elle a pratiqué la natation en compétition dès son plus jeune âge et s’est toujours passionnée pour la danse. En 1995, elle réussit le concours d’entrée à la Compagnie Nationale de Chants et de danse à Maputo. Elle suivra cette formation pendant 2 ans, ce qui lui permettra d’acquérir une solide technique en danse africaine et moderne.

En 1997, elle intègre la CNCD de Maputo. Pendant 10 ans, elle aura la chance de pouvoir travailler avec bon nombre de chorégraphes de différents pays et de participer à des créations artistiques sur tous les continents. Ensuite, Marcia collabore avec le chorégraphe Pascal Montrouge, notamment sur le spectacle « Superman et moi » au Festival d’Avignon. À Lisbonne, Marcia auditionne aussi pour intégrer PARTS (Bruxelles). Durant sa formation de 2 ans, elle développe sa créativité dans différents champs de danse contemporaine.

Marcia s’installe à Bruxelles en 2010 et donne naissance à Luca et Clara. Après sa maternité, elle reprend des cours de danse Africaine à l’Académie Yantra (Bruxelles) et suit les cours du chorégraphe Martino Zam Ebale. Elle le rejoindra dans sa compagnie Nyangazam et participera à différents spectacles. Elle donnera aussi des cours de danse africaine et de sport.

Elle collabore aussi avec la chorégraphe Dobet Grahorè de la Compagnie Baara dans « Femmes tout simplement », le chanteur guinéen N’Faly Kouyatè (sur des concerts en Belgique et en France en tant que danseuse et choriste) et le chanteur nigérian Eugene Kologbo, spécialiste de l’Afro Beat (dans ses concerts européens en tant que choriste, danseuse et musicienne aux percussions).

Elle anime également des worksops avec le DJ Mukambo en Belgique.

Spectacle(s) en lien avec l'artiste

Emotions

Construisons un spectacle de danse

C’est en partageant des expériences de vie avec les danseuses Marcia et Annie, que le public participe réellement à la mise en scène de ce spectacle de danse improvisée. L’immense expérience de la troupe emmènera les spectateurs dans une traduction en danses spontanées et atypiques de leurs propres (...)