Paul Simon

Paul a découvert l’impro fort tard, en 2016, suite à une improvisatrice de la Lib qui lui avait confié à quel point un match pouvait complètement vider la tête. Depuis il recherche toutes les occasions possibles d’appliquer ce lumineux mantra d’Agnès Calvache : "Mets ton cerveau dans ton cul"
.
Cette position de méditation particulièrement érudite, il ne la quitte quasiment plus, malgré les embarras physiques évidents. Il se demande même parfois : "Mais si je le ressors, mon cerveau, maintenant... fonctionnera-t-il encore !?" De peur d’une réponse définitive, il n’a pas encore essayé. Peut-être ce soir. Peut-être lundi. Un jour, il faudra bien !
Alors en attendant, il explore avidement tout ce qu’il n’a pas connu dans sa jeunesse : le match, le freeform ou la longue-forme narrative. Il est gentil, propre sur lui, vacciné et vermifugé, prenez contact ici si, malgré son âge, vous souhaitez l’adopter pour un de vos prochains concepts...

Spectacle(s) en lien avec l'artiste

Voyage

Pièce de théâtre improvisée à destination inconnue

Au début de chaque représentation, les comédiens n’ont pas la moindre idée de ce qu’ils vont jouer quelques minutes plus tard. Pas de texte, pas de canevas, pas de trame, pas de personnages prédéfinis,... rien d’autre qu’une énorme envie de jouer. A partir d’une proposition du public (un lieu, un objet, (...)